16/06/2008

Enfin un peu de soleil

Je commançais à me demander où il s'était caché! Franchement, en plein mois de juin, être obligé de mettre des pulls.Je suis malheureuse, impossible de mettre un pied dans le jardin sans être dégoutée par les dégats: les fleurs se ratatinent et par contre les mauvaises herbes filent à une vitesse!! Et les limaces! Elles mangent tous sur leur passage. Rien n'y résiste: salades, haricots, même les plans de courges et les fraises. limace gros plancourgette rongéeUn vrai fléau.Comme je suis contre les produits chimiques, je mets des pièges à la bierre, du paillis. Mais contre une armée de ces bestioles, je vais devoir ouvrir une brasserie!fraise rongée par les limaces

11:33 Écrit par Carine dans Jardin | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : fraises, limaces |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir,
ravie de découvrir ton blog, j'attends de voir avec impatience tes réalisations
pour les fraises, un paillis de paille éloigne les importuns
belle soirée

Écrit par : nanny | 16/06/2008

Bonsoir
comment vas tu?

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit éternelle,
Quand on est enfin libre, de donner sa confiance,
Et partager nos larmes, comme nos éclats de rire,
Ou se laisser aller à faire des confidences,
Et dans un seul regard, on dialogue en sourire.

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit si belle,
Quand on est allongé, sur un lit de douleur,
Dans un hôpital gris et déshumanisé,
La porte qui s'ouvre enfin, sur l'ami espéré,
Fait scintiller les murs et oublier la peur.

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit fidèle,
Quand on est mal aimé, en proie au mal-être,
On pense au chien dévoué, qui ne jugera jamais,
Passant sa vie de bête à respecter son maître,
Aussi sincère que lui, l'ami qui nous connaît.

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit fraternelle,
Quand on est différent, soit de couleur de peau,
De religion, de classe, ou de façon de vivre,
Sa tolérance est telle, qu'on le trouve si beau,
L'ami qui nous accepte, celui qui nous fait rire.

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit immortelle,
Quant on est solitaire, chacun dans sa tanière,
A ignorer les autres, fier et indifférent,
Alors qu'il suffirait d'éclater les barrières,
Et dire comme l'ami, je suis là maintenant.

Passe une bonne soirée et une douce nuit
ton amie
Layla

Écrit par : LAYLA | 08/07/2008

Bravo!

Il fallait s'y mettre un jour...

Papy

Écrit par : Papy | 09/07/2008

Les commentaires sont fermés.